AQUABASES.COM le forum
Vous devez vous enregistrer pour bénéficier de toutes les fonctions du forum

Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Mer 15 Juil 2009, 22:40

Hello,

Voici à quoi ressemble le bac

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Avec la condensation, difficile de faire mieux. Je n'ose pas racler la vitre avant l'immersion pour ne pas la rayer avec le sable

Il y a ce petit bac d'eau pour contribuer a maintenir l'humidité. 2 hygromètres servent à controler que l'hygrométrie reste >80% (baisse quant même à 75% pendant l'éclairage, mais sans domages)

Je commence à espacer les nébulisations, j'en suis a 2/sem. Même l'echinodorus tenellus très sensible en culture émergée au départ tient le coup. Ma cryptocoryne parva ne s'est pas dissoute et reste bien verte. Les P. Helferi ont bien grandi eux :-)

Bien sur, pas de soucis d'algues ni de changements d'eau ou suivi nitrites... Je n'ai pas de moisissure pour l'instant. Le fait de ne plus brumiser les plantes quotidiennement et de les laisser secher 1-2j devrait les eviter.

Dès que je commence à obtenir mes premières feuilles émergées, j'arrête la brumisation si ce n'est pour niveler l'eau evaporée du sol, soit 1x toutes les 1 à 2 semaines

Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Ven 17 Juil 2009, 18:37

Voilà, après les photos de l'évolution, la suite de ce démarrage à sec

Les algues au démarrage, tout le monde en parle. Mais qu'est ce qui fait qu'elles disparaissent, souvent, après 3-6 mois du lancement? La réponse la plus simple est que les plantes poussent mieux et que l'aquarium est cyclé, voilà ce qu'on trouve sur tout les forums.
J'ai voulu aller plus loin et mieux comprendre le pourquoi? Ca veut dire quoi l'aquarium est cyclé? Pourquoi autant de temps pour faire pousser les plantes...
Pour ça, il me semble indispensable de comprendre les besoins des plantes. Je ne vais pas vour barber avec la loie du minimum de Liebig en 1840 que vous avez surement lu tous quelque part (sinon google), mais revenir au début de la vie dans l'aquarium

Une vision moins superficielle du cycle de l'azote
Nos plantes d'aquarium, sont egales aux plantes emergées en terme de besoins. D'ailleurs, dans la nature, il y a très peu de plantes immergées en permanence, la plupart ne le sont jamais, ou seulement leurs racines ou au plus une partie de l'année (saison des crues)
Les besoins des plantes ont été identifiés depuis bientôt 2 siècles: de la lumière, une source de carbone (CO2 surtout), des macro-éléments élémentaires à tout les êtres vivants (N pour Azote, P pour phosphore et K pour potassium), des microéléments (Calcium, magnesium et fer surtout, puis plein d'autres à l'état de traces)
Fournir aux plantes les micro-éléments n'est en régle pas un problème dans nos aquariums. Calcium et magnesium sont présents en abondance dans l'eau de conduite (même que selon l'eau, le magnesium peut manquer), de même que bon nombres de micro-éléments nécessaires seulement à l'état de traces. Le reste est fourni souvent par l'alimentation ou les engrais rajoutés occasionellement
Il en est tout autre pour les macro-élémets et le CO2.
Le CO2 est présent dans l'air a environ 300ppm alors que dans l'eau il est souvent à moins de 3-5ppm. Il est difficile de monter à plus de 30-50ppm sans incommoder certains poissons et friser avec le rouge.
Azote (nitrates, nitrites, ammonium) et phosphore (phosphate) sont "exclus" de bon nombre de produits aquariophiles car incriminés de provoquer les algues. On a plein de kit pour les detecter et les chasser. Hors, ces ennemis sont aussi les macro-éléments les plus indispensables en grande quantité pour les plantes. Les engrais dans l'agriculture sont d'ailleurs toujour estampillés par leur teneur NPK en %, écrit en grand sur l'emballage.
Dans la nature, la plante puise le CO2 par ses feuilles dans l'air et le reste des éléments par ses racines, dans la terre. L'azote athmosphérique n'est pas assimilé par le régne végétal. Les plantes ont besoin d'azote sous forme minérale, c'est à dire essentiellement d'ammonium de nitrites ou nitrates.
C'est là qu'arrive le fameux cycle de l'azote. Ce n'est pas une nouveauté aquariophiles mais bien la base de notre vie et l'origine de la vie végétale et animale sur terre il y a des milliards d'années.
Tout a commencé par des bactéries, dont les fameuses cyanobactéries responsables de l'"algue" bleue des aquarium. Ces bactéries capables de photosynthèse, les plus anciens êtres vivants de la terre, sont les seules du reigne vivant capables d'utiliser l'azote atmosphérique, en présence obligatoirement d'oxygène, pour construire leurs cellules. L'azote est en effet la brique essentielle de l'ADN, des cellules... de la vie donc.
Ces bactéries vont transformer l'azote athmosphérique en ammonium (NH4). Par la suite, une 2ème génération de bactéries ont pu utiliser l'ammonium pour le taransformer en nitrites et enfin une 3ème génération a pu les transformer en nitrates. La transformation de l'ammonium en nitrates par ces deux générations différentes de bactéries exige aussi obligatoirement de l'oxygène.
Les algues, précurseurs des plantes ont pu utiliser alors ammonium et CO2 athmosphérique en profitant de l'énergie solaire pour creer la photosynthèse. Par la suite, les plantes supérieures ont évolué pour être aussi capable d'utiliser les autres formes d'azote (nitrates, nitrites...)
Dans le sol de notre jardin ou du pot de fleur, il en est de même: ce fameux cycle de l'azote fournit aux plantes l'azote dont elles ont besoin a partir de l'azote atmospherique. C'est là que le cycle de l'azote des "forums aquariophiles amateurs" s'arrête souvent. Mais en réealité, il manque une phase indispensable à nos aquariums et à la vie, on le verra après pourquoi.
En effet, l'azote ne va pas se subblimer, l'atome N va être intégré dans la composition des animaux et végétaux qui l'assimilent et le transforment en forme organique, c'est à dire liée à du carbone pour former notre ADN et nos cellules. Les autres formes d'azote dont j'ai parlé jusqu'ici étant des formes minérales.
Notre sol, qui existe depuis des milliards d'années, est riche en matière organique: c'est a dire de débrits et cadavres animaux et végétaux en décomposition. L'azote que les êtres vivants consomment toute leur vie, une foie morts, retournera à la terre sous sa forme organique. Tout au long de la vie, les excrèments et autres déchets sont riches en azote organique et vont aussi finir dans la terre. Ca donne des sources organiques (contrairement aux sources minérales) d'azote. D'autres bactéries entrent alors en jeux et sont capables de décomposer les cadavres et déchets en leur forme la plus simple pour liberer l'azote de son carbone et le retransformer en azote minéral: l'ammonium. Cette phase de "minéralisation" du sol se fait sans oxygène, en mode anaérobe donc. La boucle est fermée, et le cycle est alors complet. En fait il reste une phase, peu utile en aquariophilie d'eau douce, celle de la denitrification. Il s'agit de bactéries qui vont degrader les nitrates en azote gazeux et le restituer à l'athmosphère. Ces bactéries doivent obligatoirement se développer en anaerobe, sans oxygène. Leur mise en place est surtout utilisée dans certaines techniques de récifal (pierres vivantes)
En agriculture, le rajout de fumier a plusieurs avantages:
- source organique d'azote: sert donc de catalyseur pour le developpement des bactéries minéralisantes et la production d'azote minéral pour les plantes
- aeration du sol: donc oxygenation qui evite la fermentation du sol. Les bactéries dégradant la matière organiques pouvant être aerobe ou anaerobes ou les deux à la fois. Mais la voie anaerobe, sans oxygene, est responsable de la putrefaction du sol avec libération de gazs toxiques (méthane et anhydre sulfurique). De plus, la voie aerobe est 10-20x plus rapide que l'anaerobe pour degrader les dechets organiques
- l'azote mineral se dissout vite dans l'eau et fuit en profondeur dans les nappes phréatiques, loin des plantes. L'azote organique quant à lui est insoluble et forme une reserve inestimable d'azote toujour à la racine des plantes.
Le cycle de l'azote est toujour présenté à l'aquariophile comme la "condition" pour introduire les poissons, s'arrêtant encore une fois à la toxicité des nitrites et ammonium, en insistant sur la formation au final de nitrates, "toxiques et responsables des algues", à éviter donc. Mais jamais le cycle n'est décrit comme l'escence même du début de la vie dans l'aquarium, de la condition univoque de la croissance des plantes, comme on vient de le voir.

Application à l'aquarium
Au démarrage d'un aquarium, le sol est riche en plein de choses sauf nitrates et phosphates, vu que la plupart des produits vendus en sont dénués. Hors, comme on l'a vu, les plantes ont en besoin en grandes quantité et à leurs racines, donc, dans le sol. De plus, les plantes achetées pour nos aquarium, qu'elles viennent de Tropica, Stoffels ou Dennerle sont cultivées en émergé avec donc plein de CO2 de l'air et des rajouts de NPK. En les immergeant dans notre aquarium neuf, elles se retrouvent brutalement dans un milieu pauvre en CO2, Azote et phosphate. Le potassium est très peu présent dans notre eau de conduite, mais la plupart des sols aquariophiles en contiennent assez de même que les micro-éléments. Les plantent fanent, stagnent, poussent lentement...
Avec le temps, excréments et souvent hélas cadavres de poissons avec les débris de plantes vont apporter la matière organique au sol et assurer ainsi le maintient du cycle de l'azote au sol, indispensable aux plantes. Un équilibre s'établira, les déchets des poissons, des aliments et des feuilles vont réalimenter le cycle de l'azote.
Comme au début de la vie sur terre, dans un aquarium sans vie au départ, le cycle de l'azote va s'initier et redemarrer la vie en assurant un apport continu d'azote minéral aux plantes et en dégradant les débris organiques.
Cet équilibre est fragile car il dépendra toujour d'un apport régulier et constant de matière organique, et en majeure partie de l'alimentation des poissons (donc leurs excréments) et des débris des plantes.
Les algues, ont les même besoin que les plantes, sauf qu'elles ont une vitesse de croissance presque visible à l'oeil nu. C'est comme comparer un pieton en béquilles avec une ferrari de course. Hors, comme source d'azote, elles sont pour beaucoup capables d'assimiler que l'ammonium et beaucoup moins les autres (dont nitrates). Comme on a vu, l'ammonium est le premier produit du cycle de l'azote. Les bactéries le produisant sont celles qui vont se multiplier le plus au départ. Par la suite, quand il y aura assez d'ammonium, les bactéries dites "nitreuses" vont se développer et le transformer en nitrites. Ensuite, les bactéries dites "nitriques" le transformeront en nitrates. Il faut du temps pour qu'un équilibre entre ces différentes population bactérienne s'établisse. Il y aura pendant ce temps des accumulations d'ammonium et nitrites, non perceptibles aux tests, mais que les algues sauront utiliser à leur avantage. En gros, les algues au départ, les plantes et les poissons qui meurent, l'excès de nourrissage du débutant... vont favoriser la minéralisation du sol et son eventuel succès a long terme si on garde un même rythme de formation/elimination des déchets. Mais dès que l'on modifie un élément, il y aura un retenstissement vu que les réserves organiques du sol sont faibles.

Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Ven 17 Juil 2009, 18:39

Comment apporter aux plantes ce qu'elles ont besoin en évitant les algues dès le départ
On a donc vu que les plantes pour pousser ont besoin d'azote mineral, abscent au démarrage d'un aquarium neuf, à moins que votre eau de robinet ne soit bourrée de nitrates, ce qui n'est pas mon cas. De plus, un aquarium bien planté consommera entre 10-30ppm de nitrates par semaine selon l'éclairage. Sans changements d'eaux réguliers et au volume adapté, il sera vite epuisé même si votre eau en est riche.
Comme on l'a vu, cet azote minéral, pour être produit, il doit soit être capté de l'atmosphère par des bactéries comme les cyano (qui en présence d'oxygène vont le transformer en ammonium et initier le cycle de l'azote), soit par la minéralisation des déchets organiques du sol qui sont dégradées en ammonium aussi.
Ce processus est lent et il faudra beaucoup de temps pour mineraliser ainsi le sol, 3-6 mois probablement. Un aquarium sans matière organique ou azote mineral favorisera la voie des cyano qui vont proliferer aux dépens des plantes, algues et autres bactéries de la nitrifications qui ont en commum le besoin d'azote minéral alors que les cyano se développent grace à l'azote gazeux de l'atmosphère.

Les sols minéralisés
Il commence à se répandre dans certaines cultures aquariophiles des nouveaux sols dis "minéralisés". Ces sols, dont le fameux AquaSoil de ADA, mascotte de Takashi Amano (ou l'inverse!), sont enrichis en ammonium pour stimuler d'emblée la poussée des plantes. Ils doivent donc passer un temps d'épuration minimal avant d'introduire du vivant dans l'aquarium. Ce sol coute une fortune et a certains inconvénients, surtout cet ammonium. Cet ammonium est en effet la source azotée principale des algues et les boom d'algues au démarrage avec ce sol sont bien décris.

Démarrage sans lumière
L'autre solution plébiscitée consiste à faire tourner l'aquarium immergé quelques mois sans éclairage et sans plantes. Sans lumière, le reigne végétal des algues ne peut se développer, de même que les cyano, ces êtres intermédiares entre végétal et bactéries, assimilant l'azote atmosphérique et pratiquant la photosynthèse. Lentement, voir un peu plus vite si on rajoute la recettes des "huitres" (ou en fait tout déchet organique pour initier la minéralisation de l'azote organique), le cycle bactérien va s'établir dans le sol qui aura un potentiel bactérien pour produire l'azote minéral aux plantes et assurer leur développement d'emblée. Cette technique marche moyennement pour eviter les algues malheureusement. En effet, le hic majeur, est que même si l'aquarium est laissé ainsi 6 mois, il n'y aura quasiment pas de matière organique dans le sol, et la source principale d'azote restera l'air et les micro-organismes qui meurent. La population bactérienne restera très limitée faute de "nourriture azotée", et le jour de l'introduction des plantes et poissons, les bactéries auront de la peine à suivre et le temps qu'elles se multiplient, on sera proche de la situation d'un aquarium démarré classiquement. L'avantage est quant même que le cycle est initié et que toutes les populations sont développées et équilibrées. Il faudra juste du temps pour qu'elles se multiplient et s'adaptent à la nouvelle charge organique. La poussée d'algue peut donc théoriquement être plus courte si on controle bien les déchets et surtout si on introduit les plantes avant les poissons.

Utilisation de sols minéraux et organiques
Une autre solution originale utilisée par nombre d'aquariophiles aux US et en asie surtout, est l'utilisation d'un sol nutritif organique: du compost. Recouvert d'un sable pour eviter la diffusion des déchets organiques dans l'eau a de trop fortes concentrations. La source organique d'azote est garantie et les bactéries présentes assureront un démarrage rapide du cycle de l'azote au sol pour les plantes. Hélas, cette méthode en aquariophilie a des inconvénients évidents:
- pollution potentielle du compost par divers substances
- présences de parasites mettant en danger les poissons
- la minéralisation de la substance organique sous l'eau risque, comme on l'a vu, de se faire en mode anaerobe s'il n'y a pas assez d'oxygène. La fermentation qui en résulte entrainera la formation de methane et anhydre sulfurique hyper toxiques pour notre sol, les plantes et les poissons.

Démarrage à sec, selon Tom Barr
Une dernière methode originale, plébiscitée par Tom Barr, editeur du fameux Barr report aux US et dont je me suis inspiré (vu que je n'invente rien) est l'utilisation d'un sol organique, sans ses inconvénients.
- compost de vers de terre, avec un label bio pour réduire le risque de contamination chimique
- Le bouillir, laver et rincer plusieurs fois pour éviter à la fois les parasites et éliminer le maximum d'éventuels polluants en traces (n'oublions pas qu'il y a plein d'insecticides, médicaments et autres chimiques dans notre eau de robinet aussi...)
- mélanger le compost avec du sable à un taux de 50%-50% pour eviter la concaténation du compost à la longue et lui permettre de rester poreux et aéré, évitant ainsi la fermentation du mode anaerobe
Le mélange obtenu formera la couche nutritive. Il sera recouvert par une bonne couche de sable pour éviter la contamination de l'eau plus tard.
Si on démarre l'aquarium d'emblée ainsi, le problème d'abscence de vie (cycle de l'azote) va a nouveau etre present. Les plantes ne pouvant utiliser l'azote organique du compost, elles devront attendre le développement de la flore microbienne transformant l'azote organique en ammonium (azote minéral assimilable par les plantes) qui va initier le reste du cycle de l'azote.
L'idée est donc de laisser le cycle de l'azote s'établir dans le sol, le temps nécessaire, plusieurs mois normalement, comme dans un champs de culture quoi. En mettant les plantes dès le départ, le sol devra obigatoirement rester humide en permanence, simulant l'immersion pour le sol. Les plantes consommeront l'azote minéral du sol maintenant ainsi l'équilibre du cycle azoté pour éviter l'accumulation de produits de fin de chaine (nitrates) et le déclenchement donc d'une dénitrification anaerobe (transformation de l'azote mineral en azote gazeux atmosphérique). Les racines des plantes vont aussi maintenir l'aeration du sol l'empêchant de se concatener et devenir anaerobe. Les plantes pourront pousser dans des conditions idéales de terrarium tropical humide sans jamais être envahies d'algues.

Inconvénients et précautions pour un démarrage à sec
Il y a certains risques durant cette phase. Si on laisse de l'eau à la surface du sol, des algues et mousses apparaitront. Aussi, si on veut compenser un manque d'humidité par des brumisations trop fréquentes, les feuilles des plantes risquent d'être envahies de moisissures. Donc, il faut obligatoirement garder une humidité proche de 80% et plus. Le couvercle est le meilleur moyen sous nos tropiques pour garder l'humidité. Rajouter un récipient d'eau avec ouverture large permet aussi de garantir une bonne humidité. Il ne doit pas être hermétique avec du cellophane partout par exemple. Sinon, le CO2 et oxygène seront épuisés et les plantes mourront étouffées. La température devra être maintenue entre 20-28°C aussi.
L'éclairage peut être le plus intense qu'on veut, 12h/j, ont peut garder l'aquarium au soleil si on a une chambre/terrasse vitrée bien exposée
La difficulté peut aussi due au maintient de ces conditions d'humidité/température/aération. Mais franchement, en étè, sous nos tropiques ce n'est pas sorcier et c'est à la portée de tous et bien plus facile que démarrer un aquarium
Ensuite, au départ, il n'y a pas de cycle d'azote établi dans le sol et les plantes risquent d'en souffrir. De même, il n'y a pas de nutriments et micro-éléments. L'azote est en effet encore sous forme organique, non assimilable. La solution est d'utiliser un engrais aquariophile dans l'eau que l'on utilise pour remplir le bac (sans innonder sur la surface du sol, comme dit plus haut). Idéalement, il faudrait un engrais avec phosphate et nitrates (pastilles Dennerle diluée mais contiennent aussi une base d'argile, engrais Tropica Plant Nutrition Plus, rajout manuel de nitrates et phosphate de potassium qu'on trouve en pharmacie...). L'autre possibilité, comme dans mon cas, j'ai un 230L en eau depuis 1 an bientot, planté et fertilisé: j'ai fais un changement d'eau en syphonnant le fond et en récupérant la fameuse boue organique du sol. J'ai utilisé cette eau avec la boue organique syphonnée pour remplir mon nano qui demarre a sec. De plus, je brumise de temps en temps les plantes avec l'eau de l'aquarium. Il y a un double avantage: fertilisation garantie optimale si l'aquarium principale est en ordre et surtout enclenchement du cycle de l'azote bien plus rapide vu qu'on apporte une eau et les résidus organiques plein de bactéries de la flore équilibrée de l'aquarium. Dans mon cas, j'ai aussi choisi de mélanger mon compost à un sol aquariophile dit tout en un: le Flourite Black sand est utilisé comme substrat nutritif et en remplacement du gravier. IL est donc très riche en micro-éléments, mais pas en phosphates et nitrates minéraux. C'est aussi un sol dont les teneurs en nutriments sont documentées sur le site Seachem. Il y a de quoi tenir une 10ène d'année pour les plantes. En rajoutant l'eau de l'aquarium que j'ai, j'assure l'apport initial en nitrates et phosphates minéraux.
L'autre point délicat est l'adaptation des plantes de la phase immergée à emergée. Contrairement aux croyances, il est bien plus délicat pour une plante de s'accomoder dans ce sens que dans l'autre. La difficulté vient de l'abscence de cuticule protectrice contre la dissication et certaines plantes nécessiteront le développement des feuilles emergée pour survivre. Dans l'intervalle, des brumisations quotidiennes sont necessaires et les feuilles immergées risquent de mourir, voir toute la plante. J'ai résolu le problème en prenant des plantes arrivée le jour même de chez Dennerle. Ainsi, j'avais la certitude d'avoir des plantes de nature emergée déjà. Hélas, je les ai laissé dans mon aqua environ 10j, j'ai donc brumisé par précaution. Après, il faut très rapidement espacer les brumisation pour éviter la moisissure et obligatoirement maintenir une humidité proche des 80% voir plus. Ne jamais laisser de l'eau a la surface du sol non plus, sinon les algues seront là.

Précautions lors de la phase d'immersion
Enfin, le moment de l'immersion venu, il y a des points à anticiper:
- plusieurs rinçages au moment de l'immersion pour éliminer les fuites de matière organique eventuelle
- je dirais au moins 3 changements d'eau de 50-80% la première semaine pour éviter toute fuite d'ammonium succeptible d'induire les algues
- par la suite, avec un tel sol, plus besoin de fertilisation: il pourrait tenir une 10ène d'année avec la reserve organique et minérale en micro-nutriments
- l'idéeal pour l'eau d'immersion est de puiser dans l'eau de change d'un autre aquarium cyclé et avec des plantes saines: le processus de mise en eau sera encore plus optimisé
- le filtre, si on a un aquarium, peut aussi tourner pendant la phase de demarrage a sec pour etablir la population bacterienne dans ses masses filtrantes (c'est ce que je fais actuellement en parallèle a l'aquarium démarré a sec)
- point crucial, le CO2: c'est la cause fréquente de dissémination des plantes fragiles à l'immersion, vu qu'on passe de 300ppm de CO2 dans l'air à moins de 5ppm dans l'eau de conduite. Il faut plusieurs semaines aux plantes pour s'accomoder de cette situation et passer à un métabolisme correspondant à ce nouvel état de manque. Pour éviter toute stagnation des plantes, qui automatiquement favorisera les algues, il faut booster le CO2 à fond, sans mettre de poissons, puis le baisser sur 2-3 semaines et là, introduire les poissons. Si on choisit de s'abstenir de l'injection de CO2, il y aura peut etre une poussée d'algues en principe limitée
- enfin, le mythe que la plante émergée ne ressemble pas à celle immergée est à confronter aux plantes qu'on achète (donc émergées) et qu'on met dans notre aquarium: elles ne se transforment pas en alien. Il est vrai cependant, que certains aspects, notement la taille et parfois la forme des feuilles peuvent changer significativement pour certaines plantes.
Il faut aussi dire que rien ne saura corriger les erreurs de débutants qu'on a tous fait: sur-nourrissage et surpopulation. Le cycle d'azote à peine établi n'a pas l'effectif nécessaire pour affronter cette horde de déchets organiques. Les déchets organiques seront donc minéralisés en ammonium avec des pics imperceptibles, sauf pour les algues qui en feront leur bonheur.

Cette méthode devrait en théorie (et en pratique selon ceux qui l'ont tentée) limiter drastiquement la pousse d'algues à l'immersion, sans surement l'éviter à 100%

Je vous tiendrais au courant sur ce que ça donne chez moi et je réponds volontier à vos commentaires
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Sam 26 Sep 2009, 01:16

Hello,

Désolé de ne pas être plus souvent là. Je mets quant même, comme promis, une mise à jour de mon nano, toujour "à l'air". En fait, je ne suis même plus pressé de le submerger, tellement il me plait avec son peu de maintenance.

J'ai fais évoluer les éléments du décor. J'ai changé le tenellus pour de l'eleocharis, plus haute et plus jolie à mon gout que le tenellus.


Des anubia barteri var nana "petite", la variété encore plus petite que la nana ont été mises sur la racine, à l'air, et sur le rocher. Je pourrais enlever le coton sans problème maintenant, les racines ne séchent pas à l'air. Le P. Helferi est époustouflant (image du dessous), mais par endroits il montre une forme moins organisée (forme émergée vs manque d'éclairage sur les parties latérales et la façade)


Je ne mets pas de photos proches de l'eleocharis. Il y a des parties fanées, mais c'est une erreure de ma part en plantant au départ. Elles ne traduisent pas une mauvaise santé dans ce cas et auraient pu etre évitées. La plante pousse aussi très vite avec d'innombrables rejets, encore courts, mais bien sains.

Quizz: quelle est la plante qui pousse le plus vite?
Vu que je ne sais pas quand je reviens, je donne la réponse: L'anubia b. var. nana var. "petite"

Je pense déjà aux poissons: des boraras maculatus avec des crevettes ou des hara jerdoni, voir le tout...

Bonne soirée


Dernière édition par H.Deuzot le Sam 26 Sep 2009, 13:39, édité 1 fois (Raison : Les photos ont été supprimées à la demande de Jonny, (voir les messages suivants).)
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Mady le Sam 26 Sep 2009, 07:28

Bonjour Jonny

C'est vrai qu'il est beau ce nano !!

J'aime beaucoup cette petite plantes , le Pogostemon helferi , je la trouve très jolie avec ses feuilles dentelées....

Bonne continuation


Amicalement

Mady
avatar
Mady
Modérateur
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3870
Age : 64
Localisation (ville,village) : Belgique-Blegny
Loisirs : L'aquariophilie , les Galgos & Podencos , les balades et notre forum !
Reservé tests :
VIP

Date d'inscription : 13/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Nathalie le Sam 26 Sep 2009, 08:21

Bonjour Jonny,


c'est vrai qu'il est joli, mais moi je suis pressée de le voir en eau sinon ce n'est pas un aquarium... En tout cas bravo pour ta patience!

Bon week-end à toi.
Nathalie.
avatar
Nathalie
Conseillère
Conseillère

Féminin Nombre de messages : 829
Age : 48
Localisation (ville,village) : france 41
Loisirs : jardin, bassin, orchidées et plantes vertes,déco...
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 19/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Sam 26 Sep 2009, 13:06

Hello et merci de vos commentaires,

Il sera en eau. Il a 3 mois maintenant. Je pense qu'il ne faut pas etre pressé. Plus on attend, mieux les plantes seront installées et moins l'acclimatation immergée sera problématique. Aussi, le sol aura un cycle de l'azote parfaitement établi.

Il sera en eau d'ici 4 à 6 semaines, le temps que j'éstime pour l'eleocharis et les anubia pour s'établir bien (elles ont été plantées plus récement, 6 semaines et 3 semaines respectivement, donc pas assez). C'est l'aspect de la pousse qui décide, pas moi :-)

Enfin, aucun vivant n'y sera mis avant 2-3 semaines au moins après immersion, a voir. L'aquarium sera gazé à fond au CO2 pour éviter un choc aux plantes, donc, incompatible à la vie des poissons. Lorsque les plantes manifesteront une bonne croissance et que je sevre le CO2, les poissons seront introduits

Je remets les images, vu qu'elles sont tronquées, ça doit etre le forum qui ne peut afficher plus d'une certaine taille si je me souviens bien. Si H. Deuzot peut supprimer celles d'en haut, la page s'affichera surement plus vite et moins de ressources prises pour le forum

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par H.Deuzot le Sam 26 Sep 2009, 13:28

Bonjour Johnny,

C'est sympa de nous donner des nouvelles de ton bac.
C'est vrai qu'il y a de fortes chances pour qu'il devienne splendide mais ça comporte quand même une période d'attente particulièrement longue... Pour les débutants qui cherchent trop souvent la plupart du temps à raccourcir la durée pour la mise en place du cycle de l'azote, je me pose des questions si certains d'aventure étaient tentés par ce système.
Et puis je ne voudrais pas paraître te flatter, mais il faut quand même faire preuve de certaines connaissances, pas forcément déjà acquises c'est-à-dire à leur portée.

Bon, pour les photos elles se chargent normalement, le seul problème c'est que parfois les surcharges des serveurs sont importantes et qu'elles ne chargent pas en entier.
Pour remédier à ce "défaut" je te conseille ce qui est recommandé sur ce forum, de ne pas dépasser 800 pixels en largeur, mais surtout de compresser un peu plus afin de ne pas dépasser les 100/150 ko et tout rentrera dans l'orde.

Amicalement,
H. Deuzot.
avatar
H.Deuzot
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 6912
Loisirs : Aquariophilie aviation bricolage cactus cinéma électronique photo plongée ski tennis tir à l'arc
Reservé tests : Caractéristiques

Date d'inscription : 18/01/2007

http://aquabases.niceboard.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Sam 26 Sep 2009, 14:50

Merci d'avoir editer les liens
Les photos étaient toutes en 750 pixels max, et ça n'a pas passé, mais la taille etait peut etre supérieure a 150ko. La, je suis passé à 680 pixels max

L'ayant essayé, je pense que l'auteur principal qui préconisait 2-3 mois avait raison. 3 mois est l'idéeal je crois, donc, pas pour les pressés. Compter encore 2-4 semaines une fois en eau pour mettre les poissons: 3-4 mois au total. J'ai pris du retard car j'ai planté les anubia très tard et du changé aussi après 2 mois les tenellus pour l'eleocharis. Si on plante bien au départ, à 2.5 à 3 mois avant les poissons est le minimum incompressible.

Au final, méthode non recommandée pour les pressés. De plus, même si on peut se passer du CO2 plus tard, je n'imagine pas le submerger sans CO2 au début. Donc, compter obligatoirement sur du CO2, du moins quelques semaines après l'immersion

Enfin, c'est sur que faire pousser des plantes tropicales, sous l'eau ou emergées, ne s'improvise pas sous nos tropiques. Donc, bien se documenter, comme pour tout. L'avantage est qu'au moins on ne tue pas des animaux en débutant :-)

PS: je suis l'activité de ce post, mais ne pourrait pas participer plus a la vie du forum pour l'instant, hélas
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Juikio le Sam 26 Sep 2009, 15:11

Bonjour jonny,

ça prend forme, je me demande comment vont réagir les plantes lors de l'immersion.
En tout cas belle expérience!

Amicalement,
juikio.
avatar
Juikio
conseiller photo
conseiller photo

Masculin Nombre de messages : 5338
Localisation (ville,village) : Languedoc
Loisirs : Aquariophilie, informatique et bien d'autres choses :)
Reservé tests : Album photo de Juikio:
http://aquabases.niceboard.com/t1394-bonjour-voici-quelques-photos




Date d'inscription : 16/01/2008
Particularité: : VIP


Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Sam 26 Sep 2009, 18:02

Je suis très confiant sur le comment elles vont réagir. D'un coté, je ne suis pas le premier à l'avoir expérimenté, de l'autre coté, mon aquarium principal qui est exempt d'algues m'a permi de mieux comprendre "comment ça marche" pour avoir des plantes saines.

Les plantes actuelles seront enracinées dans un substrat très riche et établi, comme dans un jardin, rendant les précautions à avoir assez de nutriments (fertilisation de l'eau) superflue. Ce qui changera sera le CO2 et l'oxygène. C'est là ou il faut se concentrer. En l'abscence de poissons, aucun soucis, il suffit de bien brasser la surface et de booster le CO2

Si les plantes repartent vigoureusement dans les 2-3 premières semaines, il n'y aura pas d'algues, là est mon ultime objectif

La seule chose qui peut changer est le P. Helferi. Il est possible qu'en immergé, l'intensité lumineuse baisse trop pour lui vu mon éclairage déjà faible. Il risque de se désorganiser et perdre ce magnifique aspect. Plutot que d'augmenter l'éclairage (j'y suis réticent ), je le sacrifierais pour un tapis de Hemianthus callitrichoides Cuba, d'Utricularia graminifolia ou simplement des C. Parva plus faciles à entretenir et que je laisserais se mêler à l'éleocharis (je n'aurais pas ainsi le soucis de limiter l'invasion imminente de l'eleocharis vers les devant du bac)
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par H.Deuzot le Sam 26 Sep 2009, 19:25

jonny_ftm a écrit:
Merci d'avoir editer les liens
Les photos étaient toutes en 750 pixels max, et ça n'a pas passé, mais la taille etait peut etre supérieure a 150ko. La, je suis passé à 680 pixels max
Alors là Jonny, tu as dû te mélanger les crayons quelque part: elles faisaient respectivement 950 pixels par 735/365 ko, 900 pixels par 675/257 ko et 870 pixels par 686/390 ko. Aux pixel près. Précision suisse naturellement. ;-)



L'avantage est qu'au moins on ne tue pas des animaux en débutant :-)
Là je me demande si je peux partager ton optimisme. Quand je vois sur tous les forums le nombre de débutants tentant d'accélérer le cycle de l'azote, je ne sais s'ils auront ta patience pour mettre en oeuvre ces compositions, parce que pour moi, cela reste un travail d'artiste qui certes utilise l'aquariophilie et je n'ai rien contre naturellement bien au contraire, mais dont les auteurs ne considèrent pas celle-ci comme une fin en soi contrairement à l'aquariophile lambda que nous sommes pour la plupart.



PS: je suis l'activité de ce post, mais ne pourrait pas participer plus a la vie du forum pour l'instant, hélas
On te le pardonne volontiers, d'autant que ta présence sur le forum est déjà consistante et établie. Et à une condition: que tu reviennes dès que tu peux.




jonny_ftm a écrit:La seule chose qui peut changer est le P. Helferi. Il est possible qu'en immergé, l'intensité lumineuse baisse trop pour lui vu mon éclairage déjà faible. Il risque de se désorganiser et perdre ce magnifique aspect. C'est probable.
À ce sujet je veux te faire part d'une petite mésaventure qui n'est survenue: dans le deuxième bac de démonstration que je n'ai pas pu "démolir" comme je voulais j'ai tenté une petite expérience, en coupant justement les P.Helferi à ras des feuilles ne laissant qu'un petit bout de tige. Je voulais voir comment il repartirait. Eh bien en fait je n'ai rien vu du tout, je me suis fait avoir par les escargots qui ont mangé toutes les jeunes pousses au fur et à mesure qu'elle se présentaient.
Je te parle de cela car un moment ou un autre tu vas être obligé de le tailler s'il pousse correctement alors surtout prend garde aux escargots c'est la première fois qu'une telle mésaventure m'arrive avec des plantes et ces bestioles. Dans ce bac en plus ils faisaient leur boulot la nuit je m'en suis aperçu par hasard.



Plutot que d'augmenter l'éclairage (j'y suis réticent ), je le sacrifierais pour un tapis....
Ah non alors, toi l'ex champion toutes catégories, le Federer de la puissance d'éclairage, tu ne vas tout de même pas renier ton passé pour t'acoquiner maintenant avec la pénombre, moins de lumière, moins d'eau mais qu'est-ce que tu nous fais là? parti comme tu l'es, un jour tu vas nous annoncer que tu ne mets presque plus de plantes. Je le vois venir, droit devant, ça commence avec ta limitation imminente de l'Eleocharis.
Bon, c'était mon petit quart d'heure de mise en boîte. Pardonne-moi, moi non plus je ne sais plus trop ce que je fais parfois. À bientôt j'espère.

Amicalement,
H. Deuzot.
avatar
H.Deuzot
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 6912
Loisirs : Aquariophilie aviation bricolage cactus cinéma électronique photo plongée ski tennis tir à l'arc
Reservé tests : Caractéristiques

Date d'inscription : 18/01/2007

http://aquabases.niceboard.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Dim 27 Sep 2009, 00:29

H.Deuzot a écrit:
Alors là Jonny, tu as dû te mélanger les crayons quelque part: elles faisaient respectivement 950 pixels par 735/365 ko, 900 pixels par 675/257 ko et 870 pixels par 686/390 ko. Aux pixel près. Précision suisse naturellement. ;-)

Celles du 1er post que tu as édité, oui. Le 2ème post, j'ai posté une fois avec max 750 pixels, j'ai du l'éditer en 680 pixels car ça n'a pas joué.

Là je me demande si je peux partager ton optimisme. Quand je vois sur tous les forums le nombre de débutants tentant d'accélérer le cycle de l'azote, je ne sais s'ils auront ta patience pour mettre en oeuvre ces compositions, parce que pour moi, cela reste un travail d'artiste qui certes utilise l'aquariophilie et je n'ai rien contre naturellement bien au contraire, mais dont les auteurs ne considèrent pas celle-ci comme une fin en soi contrairement à l'aquariophile lambda que nous sommes pour la plupart.

C'était un gag, pas de poissons pendant 3 mois, donc pas de risque de les tuer :-)
En effet, je ne me focalise pas sur la repro, faute de temps, mais je pense que l'aquariophile lambda ne se focalise ni sur le poisson ni sur les plantes, ni sur l'aquascape (décor). Il stoque des poissons, ils meurent, il les remplace par d'autres, avec au final 10 espèces différentes dans un bac de 90-120L. Tout ce qui l'intéresse c'est son "envie". "Je veux ce poisson", il sort son porte monnaie et voilà. Depuis le 20.1.09 (précision Suisse), je n'ai perdu que des poissons par accident (novice que je suis, hélas, cf mes posts ou j'ai décris les circonstances), sauf le 10.07.2009 ou j'ai perdu ma femelle Apisto par maladie, achetée malade (par inexpérience encore)

On te le pardonne volontiers, d'autant que ta présence sur le forum est déjà consistante et établie. Et à une condition: que tu reviennes dès que tu peux.


Surement


Dans ce bac en plus ils faisaient leur boulot la nuit je m'en suis aperçu par hasard.

Merci de l'info, j'en avais entendu parler, mais je ne l'avais pas constaté dans mon 230L. Il est vrai que je ne les avaient jamais taillé avant de les enlever car ils peinaient à s'enraciner dans mon gravier trop grossier, surtout avec mes corydoras et Bob, l'ancistrus, effrénés. C'étaient des mélanoides, physes ou planorbes? Je penche pour les planorbes car physes et mélanoides me semblent vraiment inoffensifs et uniquement detrivitores


Ah non alors, toi l'ex champion toutes catégories, le Federer de la puissance d'éclairage, tu ne vas tout de même pas renier ton passé pour t'acoquiner maintenant avec la pénombre, moins de lumière, moins d'eau mais qu'est-ce que tu nous fais là?


Mon 230L est en éclairage faible et seulement 8h/j depuis bientôt 4 mois. Mes H. Polysperma, championnes de vitesse, sont taillées aux 2-3 semaines, sans repiquage, de même le P. Stellatus


PS: avoue quant même que mon P. Helferi sur la 2ème photo, à droite de l'anubia, est magnifique :-))
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par H.Deuzot le Mer 30 Sep 2009, 07:33

Bonjour Jonny,

jonny a écrit:C'était un gag, pas de poissons pendant 3 mois, donc pas de risque de les tuer :-)
Oups, pas porté attention, désolé.


...mais je pense que l'aquariophile lambda ne se focalise ni sur le poisson ni sur les plantes, ni sur l'aquascape (décor). Il stoque des poissons, ils meurent, il les remplace par d'autres, avec au final 10 espèces différentes dans un bac de 90-120L. Tout ce qui l'intéresse c'est son "envie". "Je veux ce poisson", il sort son porte monnaie et voilà...
Hélas, pour un certain nombre, je suis bien obligé de constater que tu as raison, c'est d'ailleurs pour tenter de contrer cette façon de voir les choses que le site et le forum ont été mis en place. Comme tu le vois, les tâches démesurées ne me font pas peur... parfois mon optimisme m'effraie...


Merci de l'info, j'en avais entendu parler, mais je ne l'avais pas constaté dans mon 230L. Il est vrai que je ne les avaient jamais taillé avant de les enlever car ils peinaient à s'enraciner dans mon gravier trop grossier, surtout avec mes corydoras et Bob, l'ancistrus, effrénés. C'étaient des mélanoides, physes ou planorbes? Je penche pour les planorbes car physes et mélanoides me semblent vraiment inoffensifs et uniquement detrivitores
Et bien là aussi, je suis de ton avis. Malheureusement il s'agissait bien de physes, j'avais pris quelques photos je vais essayer de les retrouver.


PS: avoue quant même que mon P. Helferi sur la 2ème photo, à droite de l'anubia, est magnifique :-))
Mais je l'avoue et sans la moindre difficulté ce sont toutes vraiment de belles plantes.

Amicalement,
H. Deuzot.
avatar
H.Deuzot
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 6912
Loisirs : Aquariophilie aviation bricolage cactus cinéma électronique photo plongée ski tennis tir à l'arc
Reservé tests : Caractéristiques

Date d'inscription : 18/01/2007

http://aquabases.niceboard.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Jeu 01 Oct 2009, 21:48

H.Deuzot a écrit:
Et bien là aussi, je suis de ton avis. Malheureusement il s'agissait bien de physes, j'avais pris quelques photos je vais essayer de les retrouver.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Elle décrit comment différentier physes et limnées, mais je pense que tu le savais...

Peut être que même les physes, lorsqu'elles n'ont plus rien sous la dent, elles peuvent s'attaquer aux plantes avec des jeunes pouces tendres. Et il est vrai, que si elles mangent les algues, rien ne leur interdit de manger certaines plantes je penses

Mes physes se sont éteintes, hélas. Peut être encore une ou deux dans le filtre, mais y en a plus dans l'aquarium, sniff. Ca doit etre mes tateurs ou l'eau trop acide
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Dim 08 Nov 2009, 23:46

Je poste en vitesse car pas trop de temps. Aquarium immergé ce jour, après 4 mois et demi en émergé. La partie droite devra être revue car je trouve la colline rocheuse trop effacée par les plantes. De plus le Windlow à droite parait comme une touffe posée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les débris sur les images en haut est du au "mist" de CO2 injecté par un atomizeur en microbulles, il n'yaura plus trop ces bulles dès que je diminue le débit de CO2 une fois la transition achevée

Sans le CO2, ça donne ça:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Secret d'une technique pour eau cristalline au démarrage?
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par H.Deuzot le Mar 10 Nov 2009, 05:26

Bonjour Jonny,

Ah, des nouvelles!
Et des bonnes à ce que je vois! Bravo, je me croyais patient, mais devant ta démonstration, je suis obligé de constater que je suis battu à plate couture.
Heureusement que tu nous avais prévenu que ce serait long. Certains ont même peut-être failli croire que tu abandonnais la partie.
Je suis heureux de constater que ce n'est pas le cas et une fois de plus, je dois te féliciter pour cette tentative qui prend de plus en plus la voie d'un beau succès à terme.
Joli travail. Si tu pouvais partager un peu de ta patience avec les débutants, ce serait fantastique.
J'espère que par ton exemple, ils pourront comprendre que c'est la nature qui commande et qu'elle ignore tout du mot fébrilité.

Amicalement,
H. Deuzot.
avatar
H.Deuzot
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 6912
Loisirs : Aquariophilie aviation bricolage cactus cinéma électronique photo plongée ski tennis tir à l'arc
Reservé tests : Caractéristiques

Date d'inscription : 18/01/2007

http://aquabases.niceboard.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Mar 10 Nov 2009, 07:42

Hello,

Je prendrais plus le temps de détailler plus tard ou dans quelques jours j'éspère.

Sinon, oui, je n'étais vraiment pas pressé de l'innonder. Ce qui m'a poussé à le faire c'est la transformation des plantes en variante émergée (les P. Helferi en fait, pas les autres) et la gestion des moisissures. Je n'ai jamais fais de taille des plantes et en 4 mois et demi j'ai enlevé une seule fois des débris organiques, il y a 2-3 mois. Je pense, que ce manque d'entretient du jardin a favorisé des foyers de moisissure. De plus, il devenait clair que l'hygrométrie à 90% était trop haute. Il aurait fallu la baisser à 70% je pense. De plus, les dernières semaines j'ai rajouté réguliérement des plantes (Rotala Wallichii, Anubia, Fougère Windlow...). A chaque fois, je devais humidifier pendant les travaux ---> sprayage trop fréquent ---> moisissure. Mais c'était tout à fait gérable. Je n'ai jamais enlevé les moississures, j'ouvrais juste un peu plus le couvercle, l'hygrométrie baisse et elles partaient seules en 24h.

Enfin, le seul hic est qu'avant d'innonder le tout, j'ai passé un long moment à attacher la Chrismas et Weeping moss sur la racine et le caillou a gauche et a coller des anubia sur le caillou avec de la colle Orca. J'en avais marre et le soir venu, je n'avais plus le courage de nettoyer les feuilles mortes et enlever la mousse verte du sol comme on en trouve dans un jardin humide. J'ai enlevé les débris organiques hier soir seulement

Hélas, j'ai assisté à une magnifique transformation. La mousse banale verte s'est transformée ou recouverte de cyano. Je la reconnais bien à l'odeure. Ca reste que sur la mousse, au sol donc. J'aurais bien évidement du patienter encore un jour et faire une toilette a fond de la matière organique avant de couler l'eau

Là, j'ai donc entrepris des changement d'eau a 50%, augmenté le CO2 au max et rajouté des nitrates et phosphates pour favoriser la pousse des végétaux supérieurs non enracinés (Anubia et Weeping/Chrismas moss). On verra ce que ça donne. Je n'ai même pas trop enlevé ces petits foyers de cyano

J'y vais, sinon je rate le bus :-)
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Ven 13 Nov 2009, 01:04

Hello,

Pour le remplissage, j'ai utilisé un tuyau à air avec robinet qui a coulé sur la fougère de java au débit minimal. La couche d'humus qui recouvre le sol a surement aidé à empécher les poussières. Avant les rinçages, il n'y avait déjà aucune particule en suspension.

Je saurais pour un prochain démarrage de la sorte, qu'il faut se donner un peu la peine juste avant le remplissage d'enlever les débris organiques. C'est surement ça qui a favorisé les moisissures à la fin: ça a été 4.5 mois de quasi pas d'entretient.

Ma lutte contre les cyano utilise mes principes de base habituels:

- supprimer la cause principale: enlever le maximum de débris organiques sur lesquels les cyano prennent pied, syphonnage du sol

- supprimer les facteurs favorisants:
+ éclairage réduit de 50% à 11W (mon volume effectif s'avérant de 26L au lieu des 45L théoriques) pour ralentir leur croissance
+ durée de l'éclairage passée de 8h à 6h
+ remuer le sol et augmenter les remous de surface pour maximiser l'oxygénation du sol et de l'eau (les cyano sont anaérobes)
+ changement de 80% d'eau 1j/2 pour réduire la diffusion des spores

- encourager les plantes:
+ fertilisation avec rajout des phosphates (1ppm), nitrates (8ppm), potassium (5ppm) et microéléments (Tropica)
+ CO2 à plus de 50-70ppm

Pour l'heure, les cyano sont en voie de disparition. Mais bon, je ne crie pas victoire vu leur coriacité légendaire. Je vous tiens au courant. Pas de traces d'autres algues.

Les mousses de java que vous voyez sur les racines viennent à 50% d'une culture dans un verre pendant 1 mois et elles étaient envahies de filamenteuses vertes. Depuis que je les ai mises dans l'aquarium, les algues ont disparues totalement des mousses. Je pense donc que mon paris sur les algues a de fortes chance de reussir, même que c'est tôt bien sur. Hélas la survenue des cyano fait que je ne pourrais plus crier 100% victoire pour ce projet, même que les cyano ce n'est pas des algues :-) et c'est surtout due à une négligence.

Au fond, ça m'amuse car j'aimerais bien voir si j'arrive à m'en débarasser sans antibio ni blackouts et autres méthodes. Je suis convaincu qu'il ne faut plus craindre les algues. Il n'y a pas de recette universelle, mais la solution est toujour basique: notre entretient de base est souvent la cause, même q'on peut être sur de ne rien avoir changé à un rythme d'entertient. On repassant les éléments 1 à 1, c'est toujour dans le BaB que ça se retrouve la plupart du temps

Bref, trêve d'optimise démesuré et je vous tiendrais au courant de l'évolution de ces algues puantes

Une dernière question: avec cette odeure bizarre qu'elles dégagent, les cyano de nos aquariums sont toxiques pour notre santé?
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par H.Deuzot le Ven 13 Nov 2009, 03:55

Bonjour Jonny,

Au sujet des cyanophycées, d'après ce que j'ai lu un peu partout, la réponse à ta question pourrait être affirmative.
Mais à mon avis c'est à prendre avec des pincettes: De quelles "algues" s'agit-il exactement? quelle est la quantité pouvant les rendre toxiques pour l'être humain, faut-il les ingérer? Je n'en ai pas la moindre idée.
Je crois aussi qu'il faut dissocier les événements qui se passent sur certaines plages où l'on ramasse ces algues à la pelle et les quantités quasi infimes (tout est relatif bien entendu) que l'on trouve parfois dans nos bacs.
Si cette question te préoccupe vraiment, tu devrais tenter de la poser sur un forum de biologie ou autre, (il y a forcément une thèse ou un mémoire à ce sujet) mais je pense que l'on va d'abord te demander de les identifier précisément avant de te répondre.

En tout cas, bravo pour ta pugnacité.

Amicalement,
H. Deuzot.
avatar
H.Deuzot
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 6912
Loisirs : Aquariophilie aviation bricolage cactus cinéma électronique photo plongée ski tennis tir à l'arc
Reservé tests : Caractéristiques

Date d'inscription : 18/01/2007

http://aquabases.niceboard.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Nathalie le Ven 13 Nov 2009, 07:18

Bonjour,

Pour les cyano, un fait divers m'a fait réagir il y a quelques semaines, leurs effluves auraient tuées un cheval qui se promenait sur la plage, il faut noter que le cavalier et propriétaire était un vétérinaire.

Celà étant je n'ai pas creusé cette info. (On cours, on cours)[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bonne journée.
Nathalie.
avatar
Nathalie
Conseillère
Conseillère

Féminin Nombre de messages : 829
Age : 48
Localisation (ville,village) : france 41
Loisirs : jardin, bassin, orchidées et plantes vertes,déco...
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 19/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Ven 13 Nov 2009, 09:49

Hello,

Il y a confusion là Nathalie. L'incident que tu relates est liés aux émanation d'hydrogène sulfuré produit par la putréfaction de matières organiques. Dans ce cas précis, les algues en putréfaction. C'est aussi le gaz des éboueurs je crois.

La, c'est la substance libérée par les cyano. mais H. deuzot a raison. J'ai vu sur wiki, il y a plein de sortes de cyano. Ce n'est que certaines qui sont toxiques, même très, voir mortelles, à l'ingestion, contact et inhalation

Il faudra que je trouve un forum de biologie qui parles des cyano des aquarium et de l'odeur de cyanure en question qu'on sent

j'éspère que j'en viendrais a bout sans blackout ou antibio pour les affaiblir, à voir. Je verrais ce soir si elles ont repris pied après mes efforts la veille
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Juikio le Ven 13 Nov 2009, 13:48

Bonjour à tous,

les cyano, il ne faut pas l'oublier, sont à la base de la vies sur le globe, ce sont elles qui ont produit l'oxygène pour rendre notre air respirable :-)

Je n'ai jamais entendu dire qu'elle soient la cause de décès par effluves et autres choses avec une utilisation normale (a mon avis avec "le principe de précaution" actuellement à la mode on exagère pas mal de choses), enfin je ne dis pas que ça n'existe pas.

Amicalement,
juikio.
avatar
Juikio
conseiller photo
conseiller photo

Masculin Nombre de messages : 5338
Localisation (ville,village) : Languedoc
Loisirs : Aquariophilie, informatique et bien d'autres choses :)
Reservé tests : Album photo de Juikio:
http://aquabases.niceboard.com/t1394-bonjour-voici-quelques-photos




Date d'inscription : 16/01/2008
Particularité: : VIP


Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Ven 13 Nov 2009, 14:12

Hello,

J'ai en effet effectué un peu de recherches. Autant dire qu'il faut laisser tomber. Ces organismes restent mystérieux et peu étudiés. Il y en a des milliers d'éspèces. Au Canada, où des foyers apparaissent réguliérement sur fleuves et lacs (appelée "fleur d'eau"), il y a eu quelques études qui montrent que la toxicité est très variables selon les souches, la saison... Les différentes études ont cependant montré que même des poissons mis avec un concentré de cyano, se portent à merveille. Aucune étude n'a permis de dire si la pêche de poissons dans les lacs contaminés est inoffensive ou pas. Et bein évidement, en aquariophilie, je n'ai rien trouvé sur les éspèces de cyano souvent présentes ou sur leur toxicité potentielle à long terme (vu qu'à court terme, il ne semble pas y avoir mort de personne pour l'heure...).

Bref, je vais essayer de m'en séparer et si ça s'avère trop hardu, elles passeront une cure de blackout et d'érythromicine en combiné, solution ultime car les antibio risquent de disséminer les bactéries que ça fait 4 mois que je cultive :-)

PS: en y pensant, si ça me prend trop la tête ces cyano, je repasse le bac en émergé avec ambiance plus séche et je nettoierais bien avant de le recouler en 1-2 semaines (mort de rires...).
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Lun 23 Nov 2009, 14:33

Hello, voici l'aquarium à quoi il ressemble à J 15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La Rotala Wallichii semble enfin commencer à donner sa beauté avec plein de pousses latérales. Elle doit encore s'étoffer. L'éleocharis devient bien plus longue en immergé qu'en émergé, mais n'a subi aucune transformation. Les P. helferi semblent devoir entamer une transformation et adaptation malheureusement, mais ça devenait évident déjà en phase émergée.

Pas d'algues, les brunes encroutantes sont parties (encore un peu sur les anubias). Le cyano a complétement disparu. Quelques filamenteuse sur la Christmas moss (je l'ai plantée envahies par les algues déjà et c'est plutot en regression et pas problématique)

Il doit encore faire ses preuves les semaines prochaines mais c'est plutot bien parti. J'ai commencé à réduire le CO2. J'éspère que d'ici 1-2 semaines je pourrais introduire les crevettes, puis les boraras brigittae ou maculatus (les maculatus sont plus petits, donc j'éspère m'en procurer) si le taux de CO2 le permet

Aucun test d'eau n'a été entrepris depuis le début.

J'en suis assez fier si ça reussi car, comme vous le voyez, il n'y a même pas une plante a pousse rapide dans le bac


PS: je n'ai pas détaillé le système de CO2:
UP CO2 Atomizer System for Plant Aquarium 12/16mm Hose
pour la diffusion. Il donne un effet micro-bulles mieux assimilé par les plantes et plus economique sur le débit de CO2 nécessaire

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

12 euros sur ebay

J'utilise une bouteille et un détendeur de type industriels, bien moins chers que les marques aquariophiles. A voir chez carbagas ou pangas. Chez moi Pangas est meilleur marché. J'ai par contre investi dans le détendeur: un double étage pour le même prix que ceux de qualité médiocres des marques aquariophiles (y compris Dennerle) et qui evite le phénoméne connu qu'en fin de vie de la bouteille, le nombre de bulles augmente et risque de tuer les poissons
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Juikio le Lun 23 Nov 2009, 20:51

Bonsoir Jonny,

félicitation, ça prend une tournure sympathique bonne continuation.

Amicalement,
juikio.
avatar
Juikio
conseiller photo
conseiller photo

Masculin Nombre de messages : 5338
Localisation (ville,village) : Languedoc
Loisirs : Aquariophilie, informatique et bien d'autres choses :)
Reservé tests : Album photo de Juikio:
http://aquabases.niceboard.com/t1394-bonjour-voici-quelques-photos




Date d'inscription : 16/01/2008
Particularité: : VIP


Revenir en haut Aller en bas

Adm Re: Comment réduire les algues au lancement: chronologie d'un essai.

Message par Jonny_ftm le Lun 23 Nov 2009, 22:40

Merci des commentaires encourageants. Je vous tiendrais au courant dans quelques semaines. Bien évidement, rien n'est jamais gagné, surtout qu'il démarre à peine en mode immergé
avatar
Jonny_ftm
Membre honoraire
Membre honoraire

Masculin Nombre de messages : 652
Age : 42
Localisation (ville,village) : Suisse
Loisirs : Ma famille, l'aquariophilie
Reservé tests : Caractéristiques variables
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum